waqf france

Messager d'Allah

En islam le prophète Muhammad (sws) est mort, mais le Messager?

Allah fait descendre le livre sur le prophète (psl), le qualificatif et la chronologie different car cette déscente s'est faite en une nuit (Le destin 97/1), ensuite il fût fragmenter afin d'être lisible au plus grand nombre (La fumée 44/3). Après la fragmention du livre en fragement "dikr" celui ci est réassembler sur une durée de 23 années, il redevient LE livre (Al Kitab). Mais la vraie question est : Qui parle à qui ?

Essayons de comprendre certaines règles conçernant les pronoms (Je - Tu - Il - Nous - Lui). S'engager dans cette tache exige une méthode radicale, ne pas se référé aux ahadith, et remplacer le mot "coran" par "discernement". 

Sourate 25 le discernement verset 1 et 2 remarquons que le verset 2 qualifie Dieu par "Lui" et non par "eux". Quand il s'agit de religion il convient donc d'appuyer chaque étape du raisonnement par des preuves contenues dans le livre saint. Il n'y a pas d'autres références, hormis celles citées par lui même; thora pseutier évangiles, revues à la lumière du coran. Prendre en considération la nature temporelle des gens qui lisent, d'ou notre omission volontaire à ne pas se référer aux hadith.

Le messager de Dieu lut avec des lunettes contemporaines

Commencons par la sourate (4) les femmes verset 59 - de quel messager le Coran

An-Nissa 4/59 "Ô les croyants! Obéissez à Allah, et obéissez au Messager et à ceux d'entre vous qui détiennent le commandement. Puis, si vous vous disputez en quoi que ce soit, renvoyez-le à Allah et au Messager, si vous croyez en Allah et au Jour dernier. Ce sera bien mieux et de meilleure interprétation


ياأيها الذين آمنوا أطيعوا الله وأطيعوا الرسول وأولي الأمر منكم فإن تنازعتم في شيء فردوه إلى الله والرسول إن كنتم تؤمنون بالله  واليوم الآخر ذلك خير وأحسن تأويلا

  • Dans le verset ci dessus, Allah est celui qui est (l'Eternel).
  • Ceux qui détiennent le commandement (l'autorité) est vivante.
  • En dépit du temps qui passe l'autorité sera toujours présente.
  • Le prophète Mohamed (Sala Allah aalayhi Wa Salam) est mort.

L'enigme reste ici : "renvoyez-le à Allah et au Messager", il dit bien RASSOUL et non NABI (prophète). Si nous relevons ici une évidence, c'est par ce que le prophète est mort et le messager toujours vivant, car on emploie pas le présent de l'indicatif d'une personne décédée. L'action de renvoyer le littige se déroule au moment de notre lécture contemporaine. Ici le discernement ne renvoi pas à la sunna du prophète, cette dernère n'éxiste pas dans le coran. A ne pas confondre avec la sunna d'Allah qui est un qualificatif exclusif du message coranique (33/38 - 48/23), l'exclusivité est appuyée en (7/3).

Nous pouvons conclure que le messager dont il est question dans le verset 4/59 n'est pas exclusif à la personne physique du prophète Muhammad (sws), mais au messager personne-morale-coran

C'est la polysémie coranique, la personne humaine du prophète (sws) ne fait que transmettre de vive voix, par ailleurs rappeller à plusieurs reprises dans le discernement, notament en 17/93. Ensuite Le Verbe (message orale) est ensuite fixé sous forme de transcription dans Le Livre, qui devient ainsi le messager de l'univers jusqu'au terme dénomée.

PS/ Il n'échappe à personne que dès le début du verset, l'autorité est mentionnée en tant que "détenteur du commandement" en 4/59, et dont les croyants sont tenus d'obéir ( la loi profane ).


(17/93)  "...... Dis : «Gloire à mon Seigneur! Ne suis-je qu'un être humain-Messager?»". 
répété en 17/94 et le verset 17/95 ne manque pas d'interêt,
Le verset 17/95 est interessant, il spécifie bien que le narrateur dans le coran n'est pas un ange messager. Le coran et révélé, par qui? par quoi? et comment? La tournure de ce verst laisse perplexe.

Ci dessus il est spécifié que le prophète n'est qu'un humain-messager, relever une telle évidence laisse songeur - Y aurait il un messager non humain (sans parler de Gabriel (as)) ?


On peut toujours avancer ici le verset 21 de la sourate Ta Ha coran 33/21 "En effet, vous avez dans le Messager d'Allah un excellent modèle, pour quiconque espère en Allah et au jour Dernier et invoque Allah fréquemment". Voire dans la rubrique Hadith notre perception conçernant ce verset.

Qui est le messager qui s'exprime? 

La lecture du discernement se doit de respecter un principe de base; "ne pas sortir des bornes imposées par le coran". D'éviter les interprétations hatives. Il convient toutefois de maitriser la langue arabe pour entrer dans les subtilités du langage coranique. La traduction peut induire en erreure le chercheur ou ceux qui s'y interessent, car les traductions traduisent le coran et non le discernement qui s'y trouve. Néanmoins un lecteur avértis peut s'y retrouver sans connaissance de l'arabe.

L'ordre vient de Dieu, mais on a besoin de savoir qui est chargé de transmet le message. Avec la profusion de pronoms (je tu il lui nous) qui compose le coran, notre sentiment est qu'il ya Celui qui ordonne et ceux qui transmettent dans un même livre.

Les mots et leurs position dans le verset sont d'une importance capitale, et si on interprete en sortant des bornes imposées on passe à coté de l'essentiel. Certes, Dieu fait descendre un livre sur le prophète-messager (Mohamed sala allah alayhi wa salam), mais il lui révèle le dikr (s'étalant sur une période de 23 ans) qui devient livre déscendu une fois le "dikr" achevé. Dieu fait descendre le livre en une nuit, il le fragmente pour en faire un "dikr" le temps qu'il se révèle, et enfin il laisse le soin aux gens de le rassembler (en une durée de plus 30 ans) pour devenir le coran.


17/106 "Un Coran que Nous avons fragmenté, pour que tu le lises lentement aux gens. Et Nous le déscendâmes graduellement."

Quand à la révélation, et par la permission d'Allah le coran se révèle de lui même. 
Ou plutôt; la parole d'Allah se dévoile d'elle même. Il fait parler Sa Parole avec le pronom "NOUS" par la bouche du prophète Muhammad (SWS) ainsi que les prophètes-messagers avant lui.

A une rare exception ou Dieu s'adresse directement à Moïse (coran S*20 /- V.12-13-14-15)

Allah certes, parla à plusieur prophètes, mais en employant le pronom "NOUS".


Poursuivons cet excercice avec le verset 4/80 de la sourate (les bestiaux.

Al Anâam 4/80 "Quiconque obéit au Messager obéit certainement à Allah. Et quiconque tourne le dos... Nous ne t'avons pas envoyé à eux comme gardien".

Un autre verset qui réitère et un peut plus explicite : L'adjectif qualificatif et les conjugaisons ne sont pas les mêmes, dans le verst 4/80 c'est le narrateur qui s'exprime et dans le 6/104 c'est l'interlocuteur qui s'exprime diréctement en ces termes <<je ne suis nullement chargé de votre sauvegarde>>

Ici (4/80) c'est Allah qui fait exprimer Sa Parole (Il ordonne à la parole de parler) et nommer le prophète-messager, tandis que dans le verset 6/104 (ci dessous), la donne change.

Al Anâam 6/104  "Certes, il vous est parvenu des preuves évidentes, de la part de votre Seigneur. Donc, quiconque voit clair, c'est en sa faveur; et quiconque reste aveugle, c'est à son détriment, car je ne suis nullement chargé de votre sauvegarde."

Il semble évident que le pronom "JE" n'est pas Dieu qui dit "je ne suis nullement chargé de votre sauvegarde" dans le verset, par ce que : Tous ce qui est sur terre, dans le ciel et entre les deux ne coexistent que grâce à la sauvegarde de Dieu, entre autre le verset du trône sourate 2/255. Versets qui relate la suprémacie divine sur toutes choses. Tout est sous le contrôle d'Allah, il cerne toute sa création et rien ne lui echappe. Non seulement Il cerne, mais ".....Son Trône «Koursiyouhou», déborde les cieux et la terre, dont la garde ne Lui coûte aucune peine. Et Il est le Très Haut, le Très Grand."


Ce n'est pas le prophète par ce que :

Dans le coran, Mohamed (psl) ne dit pas "JE" à moins que le pronom de la première personne du singulier ne soit précéder par (DIS "koul"). Une autre problématique, car si on entend par "JE", que c'est le prophète Muhammad (sws) (ni un ange) qui parle, on entre dans le "sirk" (association). Seul Allah fait parler dans le coran et il n'appartient donc pas à son prophète-messager de prendre l'initiative de dire "JE".

.

Et même si le verbe "dire" est invoqué en début de verset comme ci dessous (Al Imran 32). On voit que dans la réthorique du coran, le prophète se détache du messager par l'emploi de la deuxième personne du pluriel "Vous".

"Obéissez à Allah et au messager" et non (et au prophète) ou à la rigeur (obéissez à Allah et à moi), puisque le prophète est ici autorisé à s'exprimer par "DIS". Ici le verset 3/32 met expressement l'accent sur le Coran en tant que personne morale. Mais comme le verset est plurivoque, on en déduit que le rapporteur du message révélé est le prophète, il est aussi le messager de Dieu.

3/32 "Dis: «Obéissez à Allah et au Messager. Et si vous tournez le dos... alors Allah n'aime pas les infidèles"

La parole n'est plus donnée par la voix qui implique le verbe "dire" mais par transcription à travers le messager en la personne morale du Coran. D'ou 96/1 (Lis au nom de ton seigneur).


La polysémie coranique

Un seul message transmis par deux messagers en même temps, l'un transcrit et l'autre vérbale. Il va de soit que si une telle éventualité est acceptée, cela remettrait en cause les fondements même du sunnisme et du chisme. C'est toute la forme de pensée musulmane qu'il faut revoire, il ne faut pas se faire trop d'illusions.

  • Il ne peut y avoir un messager qui apporte quelque chose et l'autre une autre chose
  • Un qui meurt et l'autre eternel jusqu'au terme dénommé
  • Il ne peut y avoir deux sunna, une d'Allah et l'autre du prophète (sws).

33

En islam le prophète Mohamed (sws) est mort, mais le messager ?

Le verset ci dessus montre que les croyants reviennent au Coran et non à la sounna, car cette dernière est en dehors du livre sacré comme le montre le verset suivant ; Al'Aâraf (7/3) "Suivez ce qui vous a été descendu venant de votre Seigneur et ne suivez pas ce qui est en dehors de Lui en alliés. Mais vous vous souvenez peu." Ici le coran donne le là de ce qu'est la sunna de Dieu, le verset ci dessus et clair et ne souffre d'aucune ambiguité.


Le discernement attribut deux statuts différents en évoquant un seul messager du coran mais en deux personnes. Une personne-physique (Mohamed (Psl)) qui transmet l'orale au gens et une personne morale qui transmet l'ecrit (le Coran lui même).


Le premier se trouve dans la sourate  59 dont une portion extraite du verset 7

"Le butin provenant des habitants des cités, qu'Allah a accordé sans combat à Son Messager, appartient à Allah, au Messager, aux proches parents, aux orphelins, aux pauvres et au voyageur en détresse, afin que cela ne circule pas parmi les seuls riches d'entre vous. Prenez ce que le Messager vous donne; et ce qu'il vous interdit, abstenez-vous en; et craignez Allah car Allah est dur en punition"


Les musulmans pensent que tout ce que dit et fait le Prophète (saws) relève de la révélation, en s'appuyant sur certains versets du coran. Le verset 3 de la sourate 53 : "et il ne prononce rien sous l'effet de la passion ; suivit du verset 4 "il n'est rien d'autre qu'une révélation inspirée. Ces deux versets ne justifient pas les ahadith puisque le verset 4 parle de révélation (parole de Dieu) car le pronom "il" ne désigne pas le Prophète (psl), mais la révélation contenue dans le Livre révélé. 

Quand à "il ne prononce rien sous l'effet de la passion", il est notoirement connu qu'une des qualités du Prophète (psl) est le fait que son comportement et ses paroles n'étaient pas sous l'emprise de la passion et des changements d'humeur, ce qui fait de lui un prophète. En plus, ce verset mequois coïncide avec la période où les arabes doutaient de la révélation elle-même et non des paroles du Prophète (psl). 

7/2 "Ce Livre qui t'a été descendu; qu'il n'y ait, à son sujet, nulle gêne dans ta poitrine; afin que par cela tu avertisses, et (qu'il soit) un Rappel aux croyants."

A ne pas traduire poitrine (sadrika) par coeur (qalb), car poitrine n'est pas synonyme de coeur, d'autant plus que le coeur se trouve dans la poitrine.

7/3 "Suivez ce qui vous a été descendu venant de votre Seigneur et ne suivez pas d'autres ce qui est en dehors de Lui. Mais vous vous souvenez peu. (et ne prenez pas pour patron ce qui est en dehors de Lui)."

Le verset 7/2 est au singulier, ici le message s'adresse au prophète

Le verset 7/3 est au pluriel

le whi et le message n'en font qu'un et s'adresse aux Hommes


Kitab = corps corporel réceptacle de l'âme-coranique du verbe de Dieu

Lecteur (qiraa) coran âme


Dans le coran en (4/59) Allah dit qu'en cas de divergence il faut revenir á Lui, c’est á dire á son Livre, et á son Messager. 

Ici si on entend pas "messager" la personne physique du prophète, alors comment revenir á son Messager après sa mort ?  

Certains diront à la sunna du prophète ?!

Dans ce cas, de nombreuse contradictions feront surface:


ياأيها الذين آمنوا أطيعوا الله وأطيعوا الرسول وأولي الأمر منكم فإن تنازعتم في شيء فردوه إلى الله والرسول إن كنتم تؤمنون بالله  واليوم الآخر ذلك خير وأحسن تأويلا


- 1 ere contradiction est de considerer que la sounna est sacrée, et par extension qu'il y aurait deux livres. Les seuls livres dont parle le discernement sont le coran, les évangiles, le pseutier et la torah. 

- 2 ème contradiction de considerer que le coran recel des lacunes que les hadiths viennet combler.

Ou de considerer que tous les croyants sont des deumeurés qui ne savent pas lire, juste bon à faire de la bid'a (innovation), notre intention n'est pas là.


Le messager-morale (coran) créer une intimité du lien entre le texte et le lecteur, afin d'ammener le lecteur au lien sacré vers l'auteur du texte, en quelques sortes donner vie au texte.

Ce n'est plus l'auteur du texte qui s'adresse et s'exprime mais le tout lui même tout en donnant au texte une interpellation ditactique

Al-Baqara - 2 / 285 Le Messager a cru en ce qu'on a fait descendre vers lui venant de son Seigneur, et aussi les croyants: tous ont cru en Allah, en Ses anges, à Ses livres et en Ses messagers; (en disant): «Nous ne faisons aucune distinction entre Ses messagers». Et ils ont dit: «Nous avons entendu et obéi. Seigneur, nous implorons Ton pardon. C'est à Toi que sera le retour».


Aal-Imran - Aya 144  Muhammad n'est qu'un messager - des messagers avant lui sont passés -. S'il mourait, donc, ou s'il était tué, retourneriez-vous sur vos talons? Quiconque retourne sur ses talons ne nuira en rien à Allah; et Allah récompensera bientôt les reconnaissants.

Quand il veut parler de la personne-physique, celle ci y est spécifiée par son Nom.

.

Le Coran serait il  le paraclet ? Le messager - Torah - Evangiles

Esaïe

7/14 "Seigneur vous donnera lui-même un signe : Voici, la vierge sera enceinte et elle enfantera un fils, elle lui donnera pour nom: Dieu avec nous"

Deutéronome 

18/15 "L'Éternel ton Dieu te suscitera un prophète comme moi, du milieu de toi, d'entre tes frères; vous l'écouterez"

Du milieu de toi (de la communauté) - et - d'entre tes frères (les enfants d'Israël (Jésus))

18/18 "Je leur susciterai un prophète comme toi, d'entre leurs frères, et je mettrai mes paroles en sa bouche, et il leur dira tout ce que je lui commanderai"

Toutefois, tout dépend de ce que l'on entend par "d'entre leurs frères", il y a deux possibilités. Si par fraternité on entend la postérité par le sang, il convient de remonter l'arbre généalogique jusqu'a Ibrahim, dans ce cas, il peut s'agir soit de Mahomet ou de Jésus.

En revanche, si par fraternité on entend (religion (le judaïsme)), il ne peut s'agir que de Jésus, il est né parmis les enfants d'Israël, tandis qu'à cette époque les arabes étaient paêns et polythéistes.


Matthieu 

10/5 - 10/24


Coran Sourates 3 versets 45 - 46 - 47 - 48 et 49


Les évangiles

Saint Jean chapitre 14

14/16 "afin qu’il demeure éternellement avec vous"

Or un être humain ne peut être éternel parmis les siens, qui d'ailleurs eux mêmes ne le sont pas. Même les prophètes ne sont pas éternels. En revanche une personne morale tel que les mots contenu dans le messager-morale du Coran - Evangiles et Thora le sont.

Rappellons que pour les musulmans les évangiles et la thora ont étaient fasifié, tandis que pour les chrétiens et les juifs, le prophète Mohamed (sws) est un imposteur. Et le coran n'est qu'une copie des livres le precedants. Il va de soit qu'a ce train là, nous ne sommes pas près à dégager un quelconque embryon de vérité en épluchant les trois livres.


14/17 "l’Esprit de vérité"

Qu'est ce que la vérité (voire coran 3/3) ? (Pour les croyants soumis) la vérité c'est Dieu et un messager-homme n'est pas un ésprit, il est un homme en chaire et en os parmis les siens.


14/17 "le monde ne peut recevoir, parce qu’il ne le voit point"

Il est vrai que personne ne voit une personne morale et un messager homme est visible.


14/17 "il sera en vous

La parole de Dieu (le message de Dieu) est enfouis dans chaque être humain


Du Paraclet :

14/26 "Le consolateur, l’Esprit Saint, que le Père enverra en mon nom"

Si toutefois Iréné de Lyon n'a pas pris quelques libertés dans sa vulgate. Nous pensons que chaque prophète faisant office de messager-homme eut avec lui un messager (personne morale) tel que les évangiles pour Jésus (as).


14/26 "Vous rappellera tout ce que je vous ai dit"

Jésus dit que le paraklétos est un esprit :

· 14 : 17 « l’Esprit de vérité ».
· 14 : 26 « le consolateur, l’Esprit Saint ».

Jean chapitre 16

16/5 Maintenant je m'en vais vers celui qui m'a envoyé, et aucun de vous ne me demande: Où vas-tu ? 

16/6 Mais, parce que je vous ai dit ces choses, la tristesse a rempli votre coeur

16/7 Cependant je vous dis la vérité: il vous est avantageux que je m'en aille, car si je ne m'en vais pas, le consolateur ne viendra pas vers vous; mais, si je m'en vais, je vous l'enverrai

Ce n'est pas le Jésus-prophète qui s'exprime ici, c'est le saint ésprit (l'évangile) par la bouche de sidna Aïssa (ra) l'envoyer de Dieu. Annoncant la venue d'un autre messager tel que le fût lui même par la torah et plus tard par Jean Baptiste. 

Coran 5/19 "Ô gens du Livre! Notre Messager est venu pour vous éclairer après une interruption des messagers afin que vous ne disiez pas: «Il ne nous est venu ni annonciateur ni avertisseur». Voilà, certes, que vous est venu un annonciateur et un avertisseur. Et Allah est Omnipotent".


16/8 "Et quand il sera venu, il convaincra le monde en ce qui concerne le péché, la justice, et le jugement

16/9 en ce qui concerne le péché, parce qu'ils ne croient pas en moi; 

16/10 "la justice, parce que je vais au Père, et que vous ne me verrez plus" 

16/14 "Il me glorifiera"

En effet le coran glorifie Jésus

.

Beaucoup de langues anciennes ne sont plus utilisées, y compris l'arameen et l'ancien hébreux, seul la langue arabe est utilisée depuis l'antiquité et predure jusqu'à nos jours. Elle n'a pas variée.

Les qualités d'un message éternelle et invariable dans le temps. En fait la langue arabe est éternelle et les hommes ne pourront jamais en venir à bout, même le tamazighte à tendence à disparaître.

.

Remarque : on trouve des similitudes de réthorique employé dans les livres precédants et le coran.

Les messagers et prophètes : ami, parole, ésprit et sceau des messages

Al Imran 3/84 - "Dis: «Nous croyons en Allah, à ce qu'on a fait descendre sur nous, à ce qu'on a fait descendre sur Abraham, Ismaël, Isaac, Jacob et les Tribus, et à ce qui a été apporté à Moïse, à Jésus et aux prophètes, de la part de leur Seigneur: nous ne faisons aucune différence entre eux; et c'est à Lui que nous sommes Soumis»".

Dans le verset (3/84), les pères messagers de la religion monothéiste sont cité en premier, Abraham des deux fils Ismaël et Isaac et son petits fils Jacob qui reçu le Pseutier (les psaumes).


آمَنَ الرَّسُولُ بِمَا أُنزِلَ إِلَيْهِ مِن رَّبِّهِ وَالْمُؤْمِنُونَ ۚ كُلٌّ آمَنَ بِاللَّهِ وَمَلَائِكَتِهِ وَكُتُبِهِ وَرُسُلِهِ لَا نُفَرِّقُ بَيْنَ أَحَدٍ مِّن رُّسُلِهِ ۚ وَقَالُوا سَمِعْنَا وَأَطَعْنَا ۖ غُفْرَانَكَ رَبَّنَا وَإِلَيْكَ الْمَصِي

.

Le prophète Ibrahim (Abraham) fût gratifier d'ami de Dieu

Exode 33:11 – “...comme un homme parle à son ami"
Jacques 2:23 : 23 "...Abraham crut à Dieu, et cela lui fut imputé à justice; et il fut appelé ami de Dieu".
Les femmes 4/125 "Qui est meilleur en religion que celui qui soumet à Allah son être, tout en se conformant à la Loi révélée et suivant la religion d'Abraham, homme de droiture? Et Allah avait pris Abraham pour ami privilégié."

Le prophète Moussa (Moïse) fût gratifier de la parole directe de Dieu.
Coran Tâ Ha sourate 20 versets :
( 12 )   Je suis ton Seigneur. Enlève tes sandales: car tu es dans la vallée sacrée, Tuwâ.
( 13 )   Moi, Je t'ai choisi. Ecoute donc ce qui va être révélé.
( 14 )   Certes, c'est Moi Allah: point de divinité que Moi. Adore-Moi donc et accomplis la Salât pour te souvenir de Moi.

Le prophète Aïssa (Jésus) fût gratifier par sa naissance miraculeuse (fils de la vièrge Marie).
Coran 2/87 - Certes, Nous avons donné le Livre à Moïse; Nous avons envoyé après lui des prophètes successifs. Et Nous avons donné des preuves à Jésus fils de Marie, et Nous l'avons renforcé du Saint-Esprit. Est-ce qu'à chaque fois, qu'un Messager vous apportait des vérités contraires à vos souhaits vous vous enfliez d'orgueil? Vous traitiez les uns d'imposteurs et vous tuiez les autres


Le prophète Mahomet (Muhammad) eût le privilège du sceau (clôre) les messages de Dieu.
33/ 40 "Muhammad n'a jamais été le père de l'un de vos hommes, mais le messager d'Allah et le dernier des prophètes. Allah est Omniscient".
.

Notez bien ici la subtilité de ce verset (33/40):

  • La transmission n'est pas possible par le sang (il n'est le père d'aucun homme *)
  • Il est le dernier des prophète-messager, et non le dernier message
  • Par ce que des messages l'univers en reçoit tous les jours, si ce n'est toutes les secondes


* La transmission se fait par le mâle, il n'y eut pas de messagère dans les religions monothéistes. 

.

Waqf France Bordeaux le 02/08/2017  8-5